Argiles_01

“Jutte Fantôme”.
Impression jet d’encre, 2013.

Bernard Lonergan. Collected Works of Bernard Lonergan, Vol. 4. University of Toronto Press, p. 205.

Bernard Lonergan. Collected Works of Bernard Lonergan, Vol. 4. University of Toronto Press, p. 205.

_IGP5762 _IGP5763 _IGP5764 _IGP5765 _IGP5766 _IGP5767 _IGP5768 _IGP5769 _IGP5770 _IGP5771 _IGP5772 _IGP5773 _IGP5774 _IGP5775 _IGP5776 _IGP5777 _IGP5778 _IGP5779 _IGP5780 _IGP5781 _IGP5782 _IGP5783 _IGP5784 _IGP5785 _IGP5786 _IGP5787 _IGP5788 _IGP5789 _IGP5790 _IGP5791 _IGP5792 _IGP5793 _IGP5794 _IGP5795 _IGP5796 _IGP5797 _IGP5798 _IGP5799 _IGP5800 _IGP5801 _IGP5802 _IGP5803 _IGP5804 _IGP5805 _IGP5806 _IGP5807 _IGP5808 _IGP5809 _IGP5810

Parties

“Dans les ténèbres, l’imagination travaille plus activement qu’en pleine lumière.” (Emmanuel Kant, La Fin de Toute Choses)

Dans l’Allégorie de la Caverne, Platon décrit le récit d’un groupe de personnes qui ont vécu toute leur vie, enchaînés dans une caverne, face à un mur noir. Sur la paroi de la caverne, les prisonniers observent les ombres projetées par des objets qui passent devant un feu placé derrière eux. Ils assignent un sens aux formes des ombres, qu’ils présument être la réalité. Le prisonnier qui est libéré comprend que les ombres projetées sur le mur de la caverne ne représentent pas la vérité et il réalise la vrai forme de la réalité plutôt que seulement son ombre. (Platon, La République, Livre VII)

Comme les ombres projetées sur la paroi de la caverne, mes oeuvres sont un reflet de la réalité des objets et une répétition de formes indéfinies dans le noir. Je cherche à représenter le mur, la vision du captif encore enchaîné dans la noirceur à décoder et interpréter des ombres. En observant les tableaux longuement, je commence à reconnaître des formes et à les identifier. Contrairement aux prisonniers de la caverne qui imaginent le sens de ce qu’ils voient, j’ai une existence de références à comparer avec les montages. Je perçois des scènes fantaisistes, des créatures mythiques, des planètes et des galaxies. L’Allégorie de la Caverne parle de l’incapacité de prendre conscience de la réalité; j’aspire à montrer les capacités de l’imagination.

Le philosophe et théologien canadien Bernard Lonergan explique: “un tout est constitué de parties. Toutes les parties sont reliées ensemble et reliées au tout. Le tout est une unité et de retirer une partie détruirait le tout. Un tel tout est une structure. Les parties du tout peuvent être des choses ou des activités. Un tel tout est une matérialité dynamique. Le dynamisme n’est pas limité aux parties et le tout peux s’assembler et se constituer lui-même. C’est une structure dynamique.”  (Bernard Lonergan, Collected Works of Bernard Lonergan, Vol. 4, 205-206)

Je relie numériquement (dans Photoshop) les parties d’une structure, individuellement photographiées, pour assembler des installations virtuelles. Je construis les morceaux avec des matériaux fragiles, avec l’intention de les fragmenter. Je déconstruis les pièces en les déformant et en les démantelant. Je travaille dans la noirceur, simplement éclairé à la chandelle. Je documente chacune de mes interventions et je reconstitue les séquences de la transformation dans l’ordinateur pour fabriquer une maquette dépeignant mon interprétation de l’expérience.  Je ne cherche pas à représenter la réalité de l’activité mais plutôt une abstraction du processus, une synthèse du développement et de l’adaptation des parties pour unifier une structure imaginaire.